• Quel regain de motivation! 2 articles en 2 jours!!

    Je vous propose aujourd'hui un travail de production d'écrit mené en ce moment même avec les CM. Il s'agit d'écrire une version "actuelle" de Cendrillon.

    Ecrire un conte détourné

     

    Pas de recul sur la séquence, donc, mais cet article n'est pas totalement désintéressé, car vous m'aiderez peut-être à l'ajuster au fur et à mesure...

     

    Nous voulions travailler sur le conte détourné, et l'une de mes problématiques actuelle est le travail de l'orthographe au cours de la production d'écrit. Autant au cycle 2 nous travaillons maintenant avec beaucoup de satisfaction en nous inspirant du travail d'André Ouzoulias et de la recherche action des Mureaux (j'en parle ici, ici ou encore ), autant au cycle 3, la quantité d'écrit et la complexité des sujets font qu'il est difficile de faire respecter une vigilance orthographique. L'habitude n'a pas été prise, et c'est parfois assez catastrophique et décourageant.

    Nous avions envie avec ma collègue de CM de réfléchir aux possibilités de texte de référence comme modèle orthographique, syntaxique, et formel. 

    Bref, tout ça mis ensemble, nous avons eu l'idée de partir d'une version du conte (Cendrillon) qui pourrait nous servir de texte de référence. Nous avons pris un texte pas trop long, que nous avons enrichi d'une description et d'un dialogue, afin de nous permettre de travailler ces types d'écrit. Voilà rapidement le déroulé des séances: 

    Séance 1 :
    Lecture du texte de référence et travail sur la compréhension globale et la reformulation. (Je pensais avoir choisi un grand classique, et en fait beaucoup ne connaissaient pas le conte.)

    Séance 2 et suivantes: 
    Le texte est découpé en 4 parties, dans la première figure une description du lieu de vie de Cendrillon, dans la deuxième on trouve un dialogue entre Cendrillon et ses méchantes soeurs. La fin du texte ne présente que du récit.

    Chaque séance, on relit la partie à transformer, on cherche les éléments obligatoirement à modifier pour que l'histoire puisse avoir lieu en 2015. Il s'agit aussi bien des noms, que des lieux, les objets, mais aussi des expressions. Les élèves écrivent en imprimant leur style, en modifiant parfois des expressions ou mots qu'ils n'auraient pas utilisées (veuve par exemple).

    Un travail a lieu sur le type de texte ou un point de vigilance particulier (la description, le dialogue, l'alternance passé simple/imparfait, l'utilisation de compléments circonstanciels).

    Les élèves commencent ensuite à écrire, pouvant par moment seulement copier le texte, et à d'autres moments étant obligés de le transformer.

     

    Exemple avec le début du texte (les élèves écrivent tout mais voilà le genre de modifications qu'ils ont proposées): 

    Ecrire un conte détourné

    Dans cette partie, il y avait peu à changer, et tant mieux car ça va se compliquer par la suite. 

    Un des points intéressants et imprévu est l'appropriation d'un lexique par les élèves. Pour savoir s'ils doivent transformer, ils se posent la question du sens des mots, et par exemple "dense" a été réutilisé à bon escient.

    Ecrire un conte détourné

     

    Alors, votre avis?

    Avez-vous déjà essayé ce genre de pratique? 

    Est-ce que ça vous semble sans intérêt? (Je me pose la question...)

     

    Fiche séquence qui mériterait d'être un peu plus détaillée...

    cendrillon texte un tapuscrit du net sur lequel une petite fée que je connais m'a créé une description et un dialogue.

    Pin It

    32 commentaires
  •  

    Commentaires et partages acceptés! 

     


    19 commentaires
  • Pas mal de retard dans mes publications, mais n’allez pas croire que je me tourne les pouces ! Comme la marmotte, je suis entrée lentement en hibernation et je n’aspire à rien d’autre qu’au cocooning…  Motivation très moyenne! Je commence à rattraper mon retard avec une petite séquence mêlant orthographe et production d’écrit, en CM. Pas grand-chose, mais ça a été efficace, donc je partage !

    Triple objectif, donc : travailler l’orthographe des mots en ail, eil, euil, ouil, la recherche dans le dictionnaire, et la production d’un texte court.

    Ecrire avec les sons ail, eil, euil, ouilEcrire avec les sons ail, eil, euil, ouilEcrire avec les sons ail, eil, euil, ouil

    Etape 1 :
    Les élèves devaient chercher, dans leur tête puis dans le dictionnaire, 10 mots se terminant par ces sons. Pas évident, car leur vocabulaire n’est pas très étendu, mais globalement ça a été ; on n’a bien sûr pas échappé aux quelques –uns qui ont pris le dictionnaire à la première page, espérant tomber par miracle sur un gisement de ces mots…
    Notre rôle était d’accompagner les élèves dans leur recherche dans le dico, en revenant sur les stratégies, l’ordre alphabétique, les graphèmes les plus fréquents pour un phonème…

    Etape 2 :
    Une fois leurs  10 mots trouvés, les élèves se mettaient par 2 et devaient inventer un court récit contenant le maximum de mots en ail…

    Ils travaillaient alors la cohérence textuelle, et être à 2 les a bien aidés. Je pensais que ce serais bien plus compliqué que ça, mais à part quelques groupes pour lesquels il a fallu recadrer sur le sens global et l’intérêt de leur histoire, il y a eu des productions sympas.

    Notre accompagnement s’est focalisé sur la cohérence, l’orthographe.

      Ecrire avec les sons ail, eil, euil, ouilEcrire avec les sons ail, eil, euil, ouilEcrire avec les sons ail, eil, euil, ouil

    Etape 3, avec la maitresse de la classe seule :
    Les élèves ont listé les mots qu’ils avaient trouvés, et à partir de ce corpus, ils en ont déduit  la règle d’orthographe pour ces mots. A ceux qui se disent que cette règle a été vue au cycle 2, je réponds « Oui, en effet ! ». Mais visiblement, c’est une règle qui a un peu de mal à passer… D’ailleurs, je m’interroge sur la pertinence de son apport et de son exigence au CE1 voire au CP… Ca marche chez vous ?

    Pin It

    5 commentaires