• Ecrire à partir d'une situation générative au CP

    Ecrire à partir d'une situation générative au CPCette année avec les collègues, nous nous sommes beaucoup questionnées sur la production d’écrit en C2: quels objectifs, quelles exigences, quels valeurs aux écrits... Nous avons fait beaucoup d'essais, parfois concluants, d'autres fois beaucoup moins.

    En novembre, les articles d'André Ouzoulias dans le café péda nous ont beaucoup intéressées et questionnées. Nous sentions qu'une clé était là, mais pour la mise en oeuvre nous posais question.

    « Quand l’enfant est en situation d’émetteur, pour pouvoir exprimer sa pensée par écrit, il est conduit à s’approprier le langage écrit dans toutes ses dimensions : plan des idées, phrases successives énoncées dans un oral lettré (pour être écrites), segmentation de celles-ci en groupes de mots et en mots et de ceux-ci en morphèmes et syllabes, formation des lettres… Rien de tel pour apprendre à bien lire que d’écrire beaucoup ! »

    Un peu plus tard, nous sommes tombées sur un article sur la mise en place d’une recherche action aux Mureaux autour de cette démarche.

    Nous avons profité des vacances décalées pour rendre visite aux collègues de cette école à Pâques. Les échanges avec ces collègues et l'observation d'une séance en CE1 nous ont enthousiasmés!

    Nous avons expérimenté une séquence sur ce principe en CP, mi-juin, avant de nous lancer pour de bon l'an prochain, en CP et CE1. 

    Voilà un petit diaporama qui retrace cette séquence:

    Dans cet enjeu orthographique, la pratique de l’encodage n’est pas délaissée. Ouzoulias conseille de faire encoder des noms d’animaux, de machines, de monstres, des pseudos mots.

    Les dictées muettes vont donc à l’encontre de cette démarche, tout comme les activités d’écriture essayée pour les mots réels, ce qui remets totalement en cause ma pratique habituelle!

    Questionnement: C’est une démarche à mener "à fond".

    Il faut être très exigeant sur l’orthographe, si l’élève sait il écrit, s’il ne sait pas il utilise ses outils ou est aidé de l’adulte. Cette exigence doit être la même chaque fois que l’enfant écrit.

    Je pense qu'il faut laisser des temps de production d’écrit plus « libres » pour que l’élève puisse réinvestir les apprentissages tout en gardant de bonnes habitudes de vigilance orthographique. Il faut travailler aussi à la rédaction de types de textes différents.  Certains s’y prêtent bien (textes injonctifs), d’autres moins (lettre, récit). Nous alternerons sûrement des temps assez ritualisés autour de cette démarche, et des séquences plus "exceptionnelles" autour de projets comme "écrire un conte".  

    Ecrire à partir d'une situation générative au CP

     

     

    Est-ce que ça ne « casse » pas un peu la « magie » d’à un moment, pouvoir encoder tout ce que l’on veut?

    Comment concilier cette démarche et la production d’écrits sans ces guidages?

    Tous les élèves arrivent-ils à "sortir du cadre" à un moment?

     

    Vous trouverez une multitude de documents qui complètent cet article en cherchant "production écrit Ouzoulias". En voici un par exemple.

    L'article et le diaporama en pdf

    « Rallye lecture en ligneLe tag de mi-vacances! »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 5 Juillet 2014 à 18:42

    J'adore cette manière de travailler!

    2
    Dimanche 6 Juillet 2014 à 09:39

    Je m'interroge aussi beaucoup sur la production d'écrit au CP Donc, merci pour ces infos supplémentaires. Je ne laisse pas les enfants écrire tous seuls, mais ce n'est pas facile de gérer un groupe classe seule quand on veut leur faire produire un écrit.

    3
    Dimanche 6 Juillet 2014 à 10:27

    Moi je fonctionne en ateliers d'écriture Veroal. J'en ai 6 maxi avec moi, et on fait 4 rotations.... comme ça je suis attentive à chacun et les autres sont en activité et non en train d'attendre qu'on vienne les décoincer !

    4
    Lundi 7 Juillet 2014 à 21:43

    Cette pratique permet de coller au niveau de chaque élève. Ceci dit, nous sommes 2 en classe, ce qui facilite les choses étant donné que pas mal d'élèves sont en difficultés.

    5
    Vendredi 11 Juillet 2014 à 00:26

    Je deviens maitre + à la rentrée et après avoir écumé ton blog quand j'étais en CP, je vais continuer... Merci pour cet article qui m'a bien éclairée. J'espère fonctionner en mixant ta démarche et celle de Delphynus (4 groupes, des ateliers et 2 maitresses). On verra...

    6
    Vendredi 11 Juillet 2014 à 09:36

    Chouette, une copine maitre +!!

    On a travaillé sous forme d'atelier avec les CE2/CM1, mais pour la production d'écrit, la cointervention est ce que l'on gardera finalement.

    A 2, plus du  tout ou très peu de discipline à gérer, car on a les yeux partout et les élèves voient toujours un adulte, donc ça limite. 
    Les plus à l'aise se débrouillent seuls ou quasi, et on peut se concentrer sur les élèves en difficulté ou moyens.

    Mais surtout, en atelier, tu es toujours en train de regarder la montre, ce qui n'est pas le cas quand tu planifies une longue séance en co.

    On a essayé aussi parfois une maitresse avec un groupe en diff, l'autre pour le reste de la classe (mais dans le même espace). Mais les élèves étaient moins actifs dans cette configuration.

    Bref, selon la séance, les 2 organisations ont leurs avantages et leurs inconvénients!

    7
    Orwanne
    Vendredi 11 Juillet 2014 à 23:19

    Je découvre ton site , chapeau pour tout ce travail et merci de le partager !!smile

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    Mardi 22 Juillet 2014 à 07:32

    Bravo et merci pour cet article hyper intéressant!

    9
    Mardi 22 Juillet 2014 à 10:06

    Merci à vous! 

    10
    Mardi 29 Juillet 2014 à 20:34

    Merci, c'est très enrichissant !

    11
    Mardi 29 Juillet 2014 à 21:25

    Merci! C'est à la fois simple et complexe, car les textes de base ne doivent pas être choisis au hasard. Les classes que l'on a visitées veillaient par exemple à rencontrer les différents temps, formes de phrases, l'inversion sujet-verbe... pour avoir des "modèles", un peu comme dans les collectes de Picot.

    12
    Mercredi 26 Novembre 2014 à 20:13

    Je suis ravie de lire tes articles sur Ouzoulias que j'avais loupé. Je suis une grande fan de l'écriture "à la manière de" que je pratiquais beaucoup en cp et pratique toujours en ce1 tout comme l'usage des banques de mots et du on n'écrit pas n'importe quoi. Tu prêches une convertie depuis fort longtemps. Ouzoulias expliquait qu'il fallait éviter à l'enfant d'écrire une erreur car le cerveau la gardait en mémoire et avait du mal à s'en détacher. Je suis également complétement d'accord que l'on apprend à lire en écrivant.

    Pour répondre à ton interrogation sur les dictées muettes, il faut qu'elles soient aussi très guidées. Ainsi si on doit écrire un mot contenant le son "o", une vignette repère doit permettre à l'enfant de savoir de quel o il s'agit et ceci est valable pour tous les sons qui ne sont pas les sons simples. De même, le nombre exact de lettres à trouver doit être indiqué tout comme les lettres muettes qui doivent être données.

    Enfin, il y a bien longtemps que je n'avais pas vu quelqu'un parler de la dictée recherche chose aussi que j'ai beaucoup pratiqué.

     

    13
    Mercredi 26 Novembre 2014 à 20:37

    Et bien moi, j'ai réeelement découvert Ouzoulias sur le tard!

    Je suis convaincue maintenant!

    14
    Mercredi 26 Novembre 2014 à 20:41

     Petite question sais-tu si Emmanuelle Daumas dont on parle dans l'article auquel tu fais référence, a un lien de parenté avec Micheline Daumas dont j'ai beaucoup exploité la façon de travailler. Dans ce cas là je comprends tout de suite le fonctionnement qui renvoie également à la base à la pédagogie Freinet et à l'incontournable vidéo du travail d'une année dans la classe de Danielle de Keyzer qu'Ouzoulias connaissait très bien.

    Si ce travail sur les situations génératives t'intéressent je te renvoie à une discussion que j'avais eu sur le forum de cartables.net à l'époque. Ainsi qu'entre autres au document intitulé écrire au cp que l'on trouve sur cette page.

    Désolée pour ce long message mais ce sujet me passionne de puis longtemps.

    15
    Mardi 18 Août 2015 à 13:19

    Merci pour ces réflexions très intéressantes!

    16
    Mardi 18 Août 2015 à 13:26

    De rien!

    Edéfia désolée je redécouvre ton message!!

    J'ai rencontré Emmanuelle Daumas et je lui ai posé la même question ;-)! Si elle connait le travail de Micheline Daumas, elle n'a pas de lien de parenté avec elle. Merci pour tes liens!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :