• Produire de l'écrit en GS

    Produire de l'écrit en GSJe vous partage une petite séquence de production d’écrit à partir de situations génératives que je mène actuellement avec des GS. Ils débutent dans cette pratique, et je les vois une fois par semaine seulement. Je partage avant la fin, si cela peut encourager certains à mettre en œuvre cette pratique avant la fin de l’année, ça ne coute pas cher, et je trouve vraiment que ça rapporte gros !

    « Une situation générative est un texte court à structure forte, qui constitue un texte-matrice. Dans une situation générative, on réalise un travail de modification et d’appropriation de la langue à partir d’un texte souche. »

    André Ouzoulias « La production de textes courts pour prévenir les difficultés dans l’apprentissage de la lecture et/ou y remédier » p.147 à 183 in « Comprendre et aider les enfants en difficulté scolaire » Ed. Retz)

    Le texte de base, la structure, est choisi pour son intérêt linguistique et son intérêt sémantique pour les élèves.

    L’exemple le plus connu est celui-ci (vous trouverez une séquence chez Delfynus) :

    Produire de l'écrit en GS

    Pour cette séquence en GS, il s’agit d’une première approche avec les élèves, j’ai donc choisi des premiers textes très très courts, d’une seule phrase, pour aller vers un texte composé de plusieurs phrases sur la même structure, puis un court poème.

    Comme j’avais très peu de temps, j’ai également pensé à l’outillage à fournir aux élèves, au matériel linguistique à leur proposer, afin de doser au mieux les difficultés qu’ils pourraient rencontrer.

    Voilà comment j’ai fait mes choix, pour le corpus de structures :

    • Des mots outils parmi les plus fréquents et utiles pour lire/écrire
    • Des mots possibles à déchiffrer avec un accompagnement, sans trop de sons complexes. Même lorsque les mots sont visuellement reconnus par les élèves, on justifie toujours leur lecture par les graphèmes qui les composent.
    • Des mots déclencheurs d’idées pour écrire, pour la motivation

    Produire de l'écrit en GS

    Séance 1 

    La première séance (25min) correspond à la découverte de la phrase de base, et aux premières réécritures, à l’oral et avec des étiquettes collectives.

    Voici ces phrases :

    Produire de l'écrit en GS

    (Julie, ce n’est pas juste narcissique, c’est parce qu’en plus d’être un prénom déchiffrable, ça rend la phrase et l’expérience plus rigolote quand c’est le prénom de la maitresse). Sami marche bien aussi, mais c’est moins rigolo. Le prénom d’un camarade présent, c’est à doser.

    Pour le texte 3, j’utilise l’album « Dans mon école » (coll. Histoire de mots, PEMF). La comptine « Tara » est exploitée dans l’ouvrage « Réussir son entrée en production d’écrit » d’Anne Chabrillanges chez Retz.

     

    Première phase : lecture

    J’affiche la phrase, et chacun essaie de lire tout ce qu’il peut. Après un temps laissé pour que tout le monde ait le temps de chercher des mots ou morceaux de mots qu’il parvient à lire ou qu’il reconnait, les volontaires sont interrogés. Pour mobiliser le plus d’élèves possibles (je travaille pour cette activité avec des groupes de 7, mais cette séance pourrait être réalisée avec plus d’élèves), voilà comment je procède en général pour chaque mot :

    Moi : Riri, quel mot as-tu réussi à lire ?

    Riri : le

    Moi : Oui, c’est vrai, tu as raison, bravo, il y a bien le mot « le » dans ce texte. Cherchez-le tous. … Qui l’a trouvé ? … Fifi, tu l’as trouvé ? comment sais-tu que c’est le mot « le » ? Avec quelles lettres s’écrit le mot « le » ?

    Fifi : L et E

    Moi : L E, oui ! L fait [l] et E fait [e] Vous le cherchez tous ? … Loulou, tu peux venir entourer le mot « le » ?

    Loulou vient entourer.

    Moi : lllleeee voilà.

     

    Produire de l'écrit en GSOn fait alors apparaitre les éventuelles lettres muettes en les justifiant si possible (en l’occurrence, j’ai justifié le t de rat, le e de joue ça attendra…).

    Lorsque les mots ne sont pas déchiffrés par un élève, je les coupe en syllabes pour aider.

    Lorsque les syllabes ne sont pas déchiffrées, on part de la lettre et du son qu’elle fait, pour aller vers la syllabe puis le mot. Exemple pour « AVEC » :

    A --> [a]

    VEC --> V fait [v], ce E fait [è], le C fait souvent [k] ; [v], [è], [k] « vec » (ça correspond au travail de phonologie actuel lorsque l’on colle les sons).

     

    On relit ensuite la phrase dans son ensemble, et je demande aux élèves de m’expliquer ce que l’histoire raconte, ce qu’ils peuvent fabriquer comme images dans leur tête en lisant cette histoire. (jouer ça peut être plein de choses différentes, par exemple)

    Puis on relit la phrase plusieurs fois, on lit un mot pointé, on vient montrer un mot lu par un camarade, …

     

    Deuxième phase : écriture avec les étiquettes

    Je propose ensuite aux élèves d’inventer leurs propres histoires en imitant cette histoire que l’on a lu.

    Pour cela, je leur propose des cartes mot/image, c’est le corpus lexical à disposition. Il a été élaboré avec le dernier texte en ligne de mire. Nous aurons besoin pour la comptine « Sacha » de lieux et animaux rimant en [i], [o], et [é], j’ai donc proposé dès le début ces mots aux élèves pour qu’ils se familiarisent avec ce lexique.

    J’ai ajouté T’CHOUPI et MAITRESSE pour ajouter des noms propres (Maitresse est utilisé par certains comme nom propre, par d’autres comme un nom commun, mais comme il est en capitales sur mes cartes, peu importe). J’ai prêté attention à graduer les difficultés éventuelles liées à la structure :

    Produire de l'écrit en GS

    Un élève propose sa phrase, un autre vient poser les cartes sur la structure de base, un autre lit la phrase produite. On opère les changements nécessaires éventuellement.

    Un exemple en vidéo :

     

    Ou en photos :

     Produire de l'écrit en GS

     

     

    Séance 2

    Chaque élève va écrire sa propre phrase. Les séances d'écriture durent 25 minutes également. Cette fois, le groupe de 7 élèves me parait être un maximum, c’est déjà assez sportif.

    Première phase : lecture

    On relit la phrase « modèle », sur l’affiche, puis chacun sur un support individuel. On entoure chaque mot, on pointe un mot donné, …

    Ce support individuel est évolutif aussi, le premier est en capitales, ensuite c’est en script (on leur précise qu’on est diabolique parce que seuls les ordinateurs écrivent en script et que les petits humains doivent prêter attention à écrire en capitales ou cursives, mais que comme on n’est pas vache, on leur donne une réglette avec les différentes graphies).

     

    Deuxième phase : écriture

    Produire de l'écrit en GSJe précise que lorsque l’élève a une idée qui sort du corpus lexical que j’ai préparé, je lui fournis le modèle du mot, je ne brime/bride pas son imagination en lui interdisant… Il se trouve que les élèves qui s’émancipent du corpus proposé sont en général les plus à l’aise (ce qui questionne, mais nous arrange dans le cas présent…). En plus du corpus lexical proposé, ils peuvent utiliser des prénoms par exemple.

    J’aime bien faire écrire les élèves sur de petits rectangles de papier, de simples bandes de papier blanc découpées. Cela permet de guider la taille de l’écriture (les bandes peuvent être plus ou moins larges selon les élèves), et a l’avantage de balayer les erreurs : une erreur, on prend une autre bandelette et on recommence, pas grave. On ne gomme pas, on ne rature pas, on ne recommence pas tout mais seulement le mot mal écrit. L’autre gros avantage est bien sûr de matérialiser la segmentation, à l’écrit, de la chaine orale. On sépare les mots quand on les écrit, quand on lit en pointant les étiquettes.

    Pour les premières séances, un élève dit sa phrase, on compte les mots et donc les étiquettes dont il aura besoin, on lui fournit. On cherche où il trouvera les modèles pour chacun des mots :

    • Sur les cartes/imagier
    • Sur sa phrase de référence individuelle ou sur l’affiche collective
    • Dans sa tête (prénom) ou ailleurs dans la classe.

    Pour les séances suivantes, en différenciant l’accompagnement selon les élèves, je les laisse écrire et découper leurs bandelettes en étiquettes eux-mêmes. Ils écrivent sur la bande de papier un mot, le découpent, écrivent le suivant…

    Vient le temps de l’écriture, j’oriente vers les référents, fais relire chaque étiquette produite, essaye de faire trouver aux élèves les problèmes de segmentation, ou relis ce qu’ils ont écrit pour leur montrer que chaque lettre compte.

    Ensuite, l’élève colle ses étiquettes, relit son histoire et l’illustre.

    Pour finir, il peut lire son œuvre à la classe (qui rigole bien) !

    Les documents utilisés: 

    Télécharger « lexique GS 2019 collectif.pdf »

    Télécharger « lexique verbes.pdf »

    Télécharger « trame pour écrire avec cadre.pdf »

    Télécharger « réglette différentes graphies.pdf »

     Télécharger « phrases modèle indiv.docx »

    Télécharger « programmation séquence situations génératives GS.docx »

    « Histoires à écrire cycle 3: Mystérieuse disparition
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Karine K2
    Lundi 27 Mai à 13:09
    Merci pour tes propositions . Je suis en effet en recherche sur la production d’écrits et ton retour m'éclaire.
    Peut on stp se référer à un ouvrage pour compléter cette pratique ???
    2
    sissoug33
    Lundi 27 Mai à 18:56

    Bonsoir,

    je pense que vous vous rapprochez de la pratique explicitée dans le livre de Retz ' Réussir son entrée en production d'écrits', pratique reprise sur le site de la classe de Luccia.

    Il y a aussi un ouvrage intéressant chez Chenelière Education, 40 mini-leçons efficaces pour enseigner l'écriture', qui verse plutôt vers le cycle 2.

    Cordialement.

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Lundi 27 Mai à 20:36

    Tout à fait ! L'auteur du livre Retz que je site dans cet article s'appuie également sur les travaux d'Ouzoulias. 

    Karine a trouvé un autre article dans lequel je présente ce livre qui me semble un outil utile pour débuter. 

    4
    Etplouf
    Samedi 1er Juin à 15:42

    Merci beaucoup pour cette démarche que pour ma part je vais tenter avec l'une de mes CE1 avec laquelle on travaille plutôt de la MS GS...

      • Samedi 1er Juin à 15:57
        Partir de l'écrit produit peut être une entrée alternative, oui!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :