•  

    Dans la série "ces outils numériques qui vont nous simplifier la vie et économiser du papier", voici un nouveau site: rallye-lecture.fr

    Orphys, du génial site monecole.fr, travaille depuis 1 an à la création de cet espace, si vous connaissez Orphys, vous savez que vous pouvez lui faire confiance pour avoir créé un outil adapté aux attentes des enseignants et de leurs élèves!

    Un site pour les enseignants et leurs élèves afin de permettre de réaliser facilement et efficacement des rallyes lecture entièrement en ligne.

    - - - - - - - - - - - - - -

    Pour réaliser un rallye, rien de plus simple :

    1. Créez un rallye lecture personnalisé pour votre classe en choisissant les livres qui le composent.

    2. Vos élèves se connectent sur votre page personnalisée et répondent aux questionnaires en ligne. Les résultats se calculent et s'enregistrent automatiquement.

    3. Visualisez et imprimez les résultats de vos élèves à tout moment.

    * * * Découvrez le site * * *

    Pin It

    2 commentaires
  •  

    Utiliser Evernote en classe

    J'en parlais dans un précédent article, Evernote est un logiciel/application que j'utilise beaucoup. Je l’ai installé sur tous mes instruments numériques.

    Ses possibilités sont très étendues, et j’en fais de multiples usages. L’un des grands intérêts d’Evernote est la synchronisation immédiate sur tous nos supports : ordi, tablette, smartphone. Je peux donc retrouver à l'école ce que j'ai préparé chez moi.

    Personnellement, j’utilise l’extension sur Google Chrome, « Evernote web clipper » pour capturer les articles qui m’intéressent au fil de mes pérégrinations sur le web.

    Utiliser Evernote en classe

    La possibilité d’étiqueter les articles permet de les ranger instantanément, dans plusieurs catégories si on veut. Je peux, en plus, les consulter hors ligne sur mon ordi plus tard.
    On peut également créer des notes « hors » web, avec du texte des images, du son. J’y note les idées, les choses que j’ai à faire, la liste des courses à cocher. Beaucoup de possibilités !!

    Je capture aussi bien les recettes de cuisine pour les lire depuis ma tablette dans la cuisine, que les articles un peu longs que je veux relire au calme ou conserver, ou les idées aperçues mais pas forcément utiles pour le moment.

    Pour retrouver une note, j’utilise les étiquettes ou la fonction recherche d’Evernote.

     

    Utiliser Evernote en classe

     

    En classe (CP), j’avais créé un carnet par élève. Nous avions un créneau en salle info le lundi matin, donc je leur préparais un petit programme perso qu’ils trouvaient en ouvrant leur carnet. Ils trouvaient dans leur carnet des exercices à faire dedans, des notes/liens vers des jeux en ligne… J’ai mis dans le carnet élève test le panel d’activités que l’on pouvait trouver.

    J’ai aussi déjà utilisé Evernote dans sa fonction traitement de texte basique, la sauvegarde étant instantanée, ça évite de s’en préoccuper.

    Utiliser Evernote en classeEncore une fois, François est LE spécialiste Evernote du web enseignant, allez voir encore d'autres utilisations qu'il en fait!

    Les autres outils que j’utilise quotidiennement également :

    Utiliser Evernote en classequi me permet de suivre mes blogs préférés instantanément.

      

    Utiliser Evernote en classequi me permet de classer mes favoris selon certains thèmes.

      

    Utiliser Evernote en classe que j’utilise pour épingler les idées visuelles qui me plaisent !

    Pin It

    18 commentaires
  • Maitre sup et geek ;-)Jusque-là, j'utilise un classeur pour regrouper les "données" et remarques concernant chaque élève. J'ai choisi une couleur de feuille pas niveau de classe. J'ai 24 intercalaires (initiales de prénoms) dans lesquelles je range chaque feuille. Ça me permet de rapidement retrouver les élèves que je cherche. Ainsi, quand je cherche la fiche de Jason en CE1, je cherche dans les J une feuille jaune, ça va vite.

    Sur ces fiches, je compile les remarques après séances de travail, ou le résumé des discussions en synthèse, conseil des maitres… Mais surtout, ce qui prend le plus de place, ce sont les résultats et remarques lors des séances de fluence (pour en savoir plus sur la fluence, voir ici)  ). Pour chaque lecture de texte par l’élève, je note les mots mal lus, le nombre de mot lu, le nombre d’erreur, le nombre de mot lu par minute. Un joyeux bazar sur ma fiche quoi !

    Problème : trimbaler mon gros classeur partout est un peu enquiquinant, du coup je le  laisse en classe, et parfois je ne l’ai pas avec moi au moment approprié. Je n’ai pas les données que je veux partager à mes collègues, ou je dois prendre des notes sur un petit papier qui se retrouve « hors classeur ».

    Et là, ma découverte du jour !

    Maitre sup et geek ;-)Je viens de découvrir une application qui permet de calculer la vitesse de lecture, mais aussi ce que les anglo-saxons appellent « accuracy », la précision dans la lecture. En gros, le rapport erreurs/mots lus correctement, en répertoriant également les autocorrections, qui sont très éclairantes pour la compréhension je trouve.

    Cette appli est très simple d’utilisation :

    Maitre sup et geek ;-)

     Maitre sup et geek ;-) 

     Maitre sup et geek ;-)

     Maitre sup et geek ;-)

     

     On lance quand l’élève commence à lire.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A chaque erreur on tape sur « flag error ». Si l’élève s’autocorrige, on tape sur « self corrected » Quand la lecture est terminée, on tape sur « tap to stop ».

     

     

     

     

    On rentre à ce moment  le nombre de mots de la lecture, et on change éventuellement le nombre d’erreurs… que l’on avait répertorié. S’affiche alors la ligne du temps de la lecture, avec des marqueurs aux erreurs. On peut réécouter l’enregistrement, aller directement aux erreurs… Au-dessus s’affiche le bilan avec les « mots par minute », le % d’exactitude, la part d’autocorrection/erreurs.

    En cliquant sur « email », on peut envoyer le bilan, par mail, sur evernote, s’envoyer le fichier audio sur son cloud. On note à ce moment-là le nom de l’élève.

     

     

     

     

     

    Quand j’ai vu que je pouvais exporter vers Evernote, ça a fait « tilt » !

    Je vais maintenant compiler mes informations sur les élèves sur Evernote. En effet, l’appli est dispo sur tous mes supports (smartphone, tablette, pc) et se synchronise instantanément.

    J’ai donc crée un « carnet de notes » par élève, que j’ai regroupé dans une pile par niveau.

    Je peux ensuite y mettre toutes mes informations : documents saisis par ordi, photos de notes manuscrites (partager avec evernote aussi simple que par mail), enregistrements audio, bilans de l’appli de lecture).

     

    Maitre sup et geek ;-)

    L’intérêt est la synchronisation directe sur tous mes supports, donc toujours avec moi, et le partage possible avec les collègues. En effet, on peut choisir de partager les carnets de notes avec certaines personnes, celles-ci pouvant éventuellement interagir pour inclure d’autres informations.

    Les mots clés (étiquettes) permettent de sélectionner les notes qui nous intéressent sur un sujet, et les dates de création sont apparentes, ce qui permet de situer dans le temps. Bref, que du bonheur !

    Bon, on verra à l’épreuve du temps si je parviens à tenir à jour ce nouvel outil mémoire ! Si vous ne connaissez pas Evernote c’est vraiment une chouette appli à utiliser, très simple et avec de multiples possibilités ! Allez faire un tour chez François, notre pédagogeek préféré, pour en avoir un aperçu ! Si je parviens à me motiver, je ferai un « petit » article sur l’utilisation que j’en faisais en classe…

    Pin It

    16 commentaires
  • Je vous présente cet après-midi un site plus ou moins récent proposé par le CNDP (ou "Canopé"!). Il propose de courtes vidéos d'animation pédagogiques sur les apprentissages fondamentaux du 1er degré, vraiment bien faites je trouve.

     

    Il existe déjà un grand nombre de vidéos, sur des sujets aussi variés que la description du trianfle rectangle ou l'origine du mot "charivari" ;-)!

     

    Et j'oubliais, chaque vidéo est accompagnée d'une fiche pédagogique d'accompagnement, pas hyper précise, mais qui peut donner des idées.

    La vidéo de présentation:  

    Lire la suite...


    9 commentaires
  • Une discussion au sujet des nouveaux APC et de ce qu’on peut en faire m’a fait penser à un apport théorique reçu au cours d’un stage PMQC (Plus de Maitre Que de Classe).

    Les posturesL’une des interventions portait sur les gestes professionnels et les postures d’apprentissage des élèves. Cette intervention s’appuyait sur les travaux de Dominique Bucheton, professeur des universités, IUFM de Montpellier, directrice du Laboratoire interdisciplinaire de recherche en didactique éducation et formation.

     

     Les postures enseignantes et les postures élèves, et les APC...Les « postures d’étayage » se placent du point de vue de l’enseignant :

    Une posture de contrôle : elle vise à mettre en place un certain cadrage de la situation : par un pilotage serré de l’avancée des tâches, l’enseignant cherche à faire avancer tout le groupe en synchronie.

    Une posture d’accompagnement : le maître apporte, de manière latérale, une aide ponctuelle, en partie individuelle en partie collective, en fonction de l’avancée de la tâche et des obstacles à surmonter.

    Une posture de lâcher-prise : l’enseignant assigne aux élèves la responsabilité de leur travail et l’autorisation à expérimenter les chemins qu’ils choisissent.

    Une posture de sur-étayage ou contre-étayage : variante de la posture de contrôle, le maître pour avancer plus vite, si la nécessité s’impose, peut aller jusqu’à faire à la place de l’élève.

    Une posture d’enseignement : l’enseignant formule, structure les savoirs, les normes, en fait éventuellement la démonstration.

    Une posture dite du « magicien » : par des jeux, des gestes théâtraux, des récits frappants, l’enseignant capte momentanément l’attention des élèves.

    On passe en général par toutes les postures, elles sont toutes nécessaires, selon les moments et situations.

     

     Chez les élèves, cinq postures traduisant l’engagement des élèves dans les tâches ont été identifiées.

    Les postures enseignantes et les postures élèves, et les APC...La posture première correspond à la manière dont les élèves se lancent dans la tâche sans trop réfléchir.

    La posture ludique-créative traduit la tentation toujours latente et plus ou moins assurée de détourner la tâche ou de la re-prescrire à son gré.

    La posture réflexive est celle qui permet à l’élève non seulement d’être dans l’agir mais de revenir sur cet agir, de le « secondariser » pour en comprendre les finalités, les ratés, les apports.

    La posture de refus : refus de faire, d’apprendre, refus de se conformer est toujours un indicateur à prendre au sérieux qui renvoie souvent à des problèmes identitaires, psycho-affectifs, à des violences symboliques ou réelles subies par les élèves.

    La posture scolaire caractérise davantage la manière dont l’élève essaie avant tout de rentrer dans les normes scolaires attendues, tente de se caler dans les attentes du maître.

     

    On se rend bien compte que la posture la plus attendue par les enseignants est la posture réflexive.

    Les recherches réalisées montrent des différences entre les élèves des milieux favorisés et les élèves de milieux défavorisés : les élèves en ZEP sont plus dans les postures « scolaires » et « premières » et 70% de ces élèves n’ont que deux postures. Alors que dans les milieux favorisés, les élèves ont à 70% 5 postures.

    Ce qui caractérise un élève de ZEP, est le fait d’avoir moins de postures à sa disposition. Ce qui fait la différence dans leur histoire scolaire : les parents et le milieu, et l’école qui construit des postures scolaires et premières.

    En effet, les postures de l’enseignant génèrent des postures élèves différentes. Les postures d’accompagnement vont plutôt engendrer des postures réflexives chez les élèves. De même que des postures de contrôle généreront des postures scolaires ou premières.

    « C’est peut-être bien l’école, qui ne fait pas son travail, pour amener l’élève à changer de posture. Si les autres de milieux favorisés[…]ont appris naturellement à aborder les tâches de manières différentes, les autres ne les ont pas construites à l’école, et toute la scolarité les a, peut-être, enfermés dans des postures scolaires […] et premières » (D. Bucheton)

    Les postures enseignantes et les postures élèves, et les APC...

     

    Je vous conseille vivement d’écouter ses vidéos sur les postures maitre et élèves, elles sont courtes (5 et 7 minutes) et très claires, bien plus que cet article !

     

    Pour en revenir au sujet (les APC pour ceux qui se sont perdus dans l’article), je me dis que ce peut être le début d’un espace de réflexion des enseignants sur le « faire autrement ». Aider l’élève à avoir une posture réflexive, mais aussi ludique, ne pas « l’empêcher de penser ». Ce qui impose une posture enseignant de lâcher-prise, pas toujours simple à adopter.

    Alors, pourquoi pas par exemple mettre les élèves en projet, leur confier les rênes de leur projet, et être dans l’accompagnement en n’intervenant que quand c’est nécessaire ou que l’œil d’un « expert » leur est utile.

     

    Bibliographie :  

    L’agir enseignant : des gestes professionnels ajustés, Octares, 2009 ;

    L’atelier dirigé d’écriture au CP : une réponse à l’hétérogénéité des élèves, Delagrave, 2009 ;

    Le développement des gestes professionnels dans l’enseignement du français : un défi pour la recherche et la formation, De Boeck, 2008.

    Des articles sur le net qui développent et m’ont aidé à construire cet article :

    http://95.snuipp.fr/neovo/spip.php?article95

    http://neo.ens-lyon.fr/neo/formation/analyse

    http://www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/2013/GFENAvril05.aspx

     

    images http://www.mycutegraphics.com

    Pin It

    8 commentaires
  • Site de RASED

    Juste un petit article vite fait pour vous présenter un site de RASED de mon coin qui contient quelques ressources très intéressantes.

    Des articles théoriques, des propositions d'outils d'évaluation et de remédiation, des fichiers excels pour entrer les résultats d'évaluation et avoir un aperçu clair de sa classe, des graphiques d'entrînement à la fluence...

    Bref, faut fouiller un peu, en particulier dans la rubrique "aider" ou "boite à outil".

    Site de RASED Ya preske tout

    Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique