• Production d’écrit au cycle 3 : Et si on commençait par le commencement? La production d’écrit, au cycle 3, ce n’est pas beaucoup plus simple qu’au cycle 2 (un gros, très gros article ). Les élèves maitrisent l’acte graphique (à peu près…) et la mise en œuvre du système orthographique leur est plus aisée. Partant, ils écrivent plus rapidement, et en plus grande quantité. Mais les élèves écrivent au fur et à mesure que les porte leur pensée, et celle-ci peut parfois prendre des chemins très alambiqués, voire se perdre. Les textes sont alors parfois difficiles à comprendre, accumulant personnages et rebondissements qui perdent le lecteur, ou hors sujet (c’est un truc qui me gêne moins mais scolairement c’est mal vu).

    Pour l’enseignant·e, ça pose plusieurs soucis : des nœuds au cerveau pour suivre le fil, des picotements aux yeux devant l’orthographe qui en prend un coup, un manque de sommeil à cause des heures de correction. Dramatique. Pour des raisons de santé publique, mieux vaut donc limiter la casse, et donc les séances de production d’écrit, non ?

    Lire la suite...

    Pin It

    15 commentaires
  • La Naissance de Vénus : littérature, production d'écrit et histoire de l'artIl y a plusieurs mois, je découvrais grâce à Olivier (Zil et Compagnie) un superbe album de la collection Pont des Arts : Le peintre de la beauté, de Alice Brière-Haquet et Judith Gueyfier.

    Cet album mêle subtilement la réalité et la fiction, proposant de suivre Sandro Botticelli dans ses rêves et ses souvenirs, à la recherche de l’image de la beauté. Cette quête le mènera à peindre la « Naissance de Vénus ».

     

    J’ai proposé à mes collègues de cycle III une séquence alliant lecture, production d’écrit, et histoire de l’art autour de l’étude de cet album. J’ai pris beaucoup de plaisir à construire ce travail, et encore plus à le mettre en œuvre, tant les élèves ont « donné de leur personne ». On a vraiment pu passer, je trouve, de la lecture à la littérature, et le plaisir qu’ils manifestent à l’écrit, en affirmant leur personnalité d’auteur, est enthousiasmant. Bref, de très beaux moments de classe en cette fin d’année, aboutissement, je pense, d’un travail de longue haleine avec Lectorino, qui habitue les élèves à mettre l’écrit à distance.

     

    Je vous présente la séquence, inspirée de celle d’Olivier ainsi que du dossier pédagogique, dans ses grandes lignes avec quelques commentaires.

    Lire la suite...

    Pin It

    11 commentaires
  •  

    Un court projet d’écriture : jouons la carte de la fraternité

     

    Mes collègues de cycle III ont décidé de se lancer dans le projet "Jouons la carte de la fraternité" de la Ligue de l’Enseignement. Ce projet est très simple à mettre en œuvre, et a donné lieu à quelques séances très intéressantes en EMC, langage oral et production d'écrit, c'est pourquoi je vous en parle. Il n'est peut-être pas trop tard pour participer à cette action, dont le clou est prévu pour la «  Journée internationale pour l’élimination des discriminations » du 21 mars mais qui peut en réalité faire sens n'importe quand dans l'année.

     

    Lire la suite...

    Pin It

    9 commentaires
  •  La production d’écrit est un domaine qui me tient vraiment à cœur et pour lequel je suis en recherche perpétuelle; d’une part, parce que les pratiques d’écriture, même courtes, sont en augmentation avec le numérique, ensuite car l’écrit est souvent, dans le monde scolaire ou professionnel, le premier contact avec celui qui nous « évaluera ». Maitriser l’écrit me semble donc être un pouvoir sur le monde et sur l’avenir. D’autre part, l’écriture est un apprentissage quasi exclusivement scolaire (davantage que le langage ou la lecture par exemple), les écarts sociaux ne devraient donc pas se creuser dans ce domaine, et pourtant….

     

    Suite à des lectures très intéressantes, et grâce à mes super collègues toujours partantes, j’ai testé un nouveau dispositif de production d’écrit dans 2 classes : un CE2/CM1 et un CM1/CM2.

    Lire la suite...

    Pin It

    32 commentaires
  • Ecrire des textes courts autour d’une chimère en CE2En période 3, avec les CE2, nous avons travaillé en production d’écrit autour de textes courts, chaque semaine différents, mais avec toujours le même thème : la chimère. Les élèves avaient travaillé en art plastique à la création d’un animal imaginaire, et leurs productions ont été le point de départ de cette série d’écrits.

     Chaque semaine, les élèves écrivaient un texte court d’un genre différent, afin de constituer un ensemble de documents autour de sa chimère. L’objectif était à la fois de brasser une diversité de textes  différents, et  de pouvoir exercer une vigilance orthographique, ce qui est notre fil rouge à l’école.

     

    Séance 1 : Le portrait

    Ecrire des textes courts autour d’une chimère en CE2Ce genre  avait déjà été abordé en période 1, mais cette fois on se concentrait uniquement sur le portrait physique de l’animal.

    Un travail collectif de rappel autour des accords dans le GN a été fait.

    Il s’agissait donc d’écrire une courte description, en prêtant attention aux accords et en cherchant dans le dictionnaire les mots utiles.

     S1 annexe choix orthographique

     

    Séance 2 : La carte d’identitéEcrire des textes courts autour d’une chimère en CE2

    Après avoir complété collectivement la carte d’identité de la vache (avec des données trèèèèès approximatives !!), les élèves ont inventé un lieu et un mode de vie à leur animal : poids, taille, durée de vie, alimentation, gestation, portée, habitat. Une rubrique « divers » leur a permis d’imaginer des anecdotes rigolotes sur leur animal, du type « il dort en marchant », « Ses pires ennemis sont les cervidés » (sic !)…

      S2 annexe carte identité

     

    Séance 3 : Le texte documentaire

    Ecrire des textes courts autour d’une chimère en CE2Il s’agissait cette fois de transformer la carte d’identité en un texte avec des paragraphes. Transformer un recueil d’idées en phrases organisées.

    Nous nous sommes appuyés sur le modèle d’un petit documentaire (Edelios) que les élèves avaient lu en classe un peu plus tôt. Nous avons observé comment il était construit, la silhouette, les modèles de phrases que l’on pouvait réemployer.

    Les élèves ont ensuite transformé leur carte d’identité en un texte en  4 paragraphes : présentation, nourriture, reproduction, divers.

    Comme les idées avaient déjà été trouvées à la séance précédente, l’attention pouvait se porter exclusivement sur la syntaxe et l’orthographe.

     LECTURE DOC animalier CE2 EDELIOS

     

    Séance 4 : Les questions

    Séance 5 : Saisir son texte

    Alors qu’une partie des élèves saisissait son texte en salle info avec moi (portrait + texte documentaire), l’autre partie rédigeait des questions sur le texte auparavant écrit. Nous avons répertorié au tableau les pronoms et adverbes qui permettent de débuter une question, puis les élèves devaient rédiger des questions et leur réponse. Ce travail avait déjà été mené en CE1 avec ces élèves, mais un petit rappel n’était pas superflu.

     

    Pour finir, j’ai saisi les questions de chaque élève en vis-à-vis de leur texte documentaire afin de réaliser une fiche qui ressemble à celles du fichier Edelios. Ces fiches ont été imprimées en double exemplaire: un pour l'élève et un pour échanger entre élève.

     

    Nous devions normalement réaliser aussi des petits mots-croisés avec leurs définitions mais une séance nous a manqué.

    prep seq animal imaginaire

     

     

    Pin It

    3 commentaires
  • Ecrire un conte au CE2

     

    Pendant la période 2, nous nous sommes attelés à écrire un conte avec les CE2. J’ai beaucoup utilisé ce travail pour bâtir ma séquence.

    L’enseignante de la classe a étudié les principaux contes traditionnels en version assez courte en lecture pendant toute la période.

     

     

     

     

    Première séance : lecture et mise en évidence des étapes

    Nous avons débuté la séquence par une séance de lecture, en utilisant le dispositif des « cercles de lecture » découverts chez Mélimélune. La classe était « divisée en 2 textes » avec pour chacun un groupe qui  était chargé de préparer la lecture à haute voix pour la classe, un autre qui devait, avec une enseignante, en préparer le résumé à l’oral, alors qu’un dernier groupe devait préparer les réponses à des questions qu’il poserait au reste de la classe. Ainsi, la classe a découvert 2 textes très différents à la fois, et on a pu mettre en évidence par le questionnement et le résumé le schéma narratif classique des contes. (Plus de précision dans la prep).

    Pendant le reste de la période, l’enseignante étudiait des contes en mettant en évidence ces différentes étapes.

     

    Deuxième séance : début de l’écriture, en petits groupes

    Chaque séance d’écriture correspondait à l’une des étapes du schéma narratif.
    Pour chaque étape, des contraintes étaient imposées aux élèves. Ces contraintes avaient plusieurs enjeux : permettre l’imagination en apportant des éléments  de l’univers des contes, libérer l’écrit (la contrainte libère la création) et avoir des textes avec le même départ pour chaque groupe, et pourtant des issues très différentes.

    Voilà les contraintes prévues pour chaque étape :

    Ecrire un conte au CE2

    Bémol : finalement, selon les avancées dans l’histoire imaginées par les élèves, certaines contraintes initialement prévues se sont révélées déplacées. On a supprimé les dernières, qui ne collaient pas à l’issue prévue.

    La première séance d’écriture devait donc comporter le portrait du personnage principal, avec l’objectif de maitresses que les élèves réemploient les magnifiques portraits produits en période 1, qu’ils avaient à disposition. Malheureusement, les élèves n’ont pas les mêmes objectifs que leurs enseignantes, et ils avaient juste envie décrire leur histoire rapidement…

    Cette écriture se faisait en petits groupes de 3 élèves, et la quantité d’écrit attendue était induite par le support (annexe 2 agrandie en A3), distribué bande par bande. 

    Ecrire un conte au CE2

    Le mode « groupe » a été choisi car le conte est quand même un type de texte assez compliqué à écrire, et nous voulions pouvoir être au plus près de ce qu’écrivaient les élèves. Nous avions donc chacune seulement 3 ou 4 groupe à accompagner (dans le sens, l’orthographe…).

     

    Après ce temps d’écriture, mise en commun pendant laquelle chaque groupe lit à la classe sa production, puis mise au vote de ces propositions (2 bulletin par élève, pour pouvoir voter pour soi et un autre !).

     

    Séances suivantes : amélioration du texte et écriture de la suite

    Chaque séance débutait par l’amélioration du texte choisi par la classe. Ce texte était vidéoprojeté et enrichi des remarques de autres élèves « en direct ».

    Parfois, ce sont les maitresses qui faisaient part de leurs réserves sur certaines tournures de phrases, ou certains manques, et parfois, c’était les élèves qui proposaient des améliorations.

    On est par exemple passé pour le premier texte de ça :

    Un prince qui s'appelle Marc habite dans une ferme. Il va cueillir des pommes, il voit un château, il court vers lui. La princesse voit Marc elle tombe amoureuse du prince. Elle entend des bruits derrière son château elle va voir. L'ogre, qui s'appelle Janclode, s'est enfuit de la prison, il prend la princesse et la jette par terre.  Et l'ogre s'enfuit.

     

    A ça :

    Un très beau prince qui s'appelle Marc habite, heureux, une ferme dans une forêt humide, épaisse et sombre. Il va cueillir des pommes, il voit un château, il court vers lui. Une princesse, Violetta, belle, gentille et joyeuse, voit Marc. Elle tombe amoureuse du prince. Elle entend des bruits derrière son château elle va voir. Un ogre méchant, agressif avec des dents pointues qui s'appelle Janclode, s'est enfuit de la prison. Il prend la princesse et la jette par terre. La princesse tombe sur un caillou et s'ouvre la tête ! Elle saigne beaucoup et il faut faire vite pour la soigner ! L'ogre s'enfuit dans la forêt.

     

    Ce furent des moments très riches d’apprentissage, avec des apports lexicaux et syntaxiques des élèves que l’on sentait habitués à la langue de l’écrit à destination des autres. On a travaillé les répétitions, l’enrichissement du groupe nominal, l’utilisation de la virgule et le rythme ternaire…

    Bonus : Le texte d’un groupe devenait ainsi le texte de la classe.

    Puis les élèves se remettaient en groupe pour écrire l’étape suivante du conte.

    Finalisation du projet

    Chaque semaine, nous accrochions l’épisode amélioré dans le couloir, ainsi la classe de CM attenante pouvait suivre le feuilleton, et les CE2 s’approprier leur travail.

    Une fois le texte complet écrit, j’ai mis en page en utilisant la fonction livret et en utilisant de jolies enluminures. J’ai laissé des cadres pour les illustrations.

    Ecrire un conte au CE2

    Enfin, nous avons collectivement cherché un titre à notre histoire et nous avons écrit un résumé pour la quatrième de couverture en dictée à l’adulte.

    Les élèves ont pu repartir à Noël avec leur petit livre, après être allé le lire aux autres classes.

     

    seq conte

    S1 annexes

    S2 annexe trame pour écrire

    livre final

    Pin It

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique